samedi 11 octobre 2014

Excuses de la part de l'exécutif du journal Le Front


Dans la dernière édition du 8 octobre, il est clair qu'une opinion s'est glissée dans des œuvres traitant de l'actualité du monde féministe. Cette opinion, qui s'est avéré très déplacée, ne respectait pas l'article no 7. de notre code de déontologie : 
VII. Le journaliste prendra garde aux risques d'une discrimination propagée par les médias et fera son possible pour éviter de faciliter une telle discrimination, fondée notamment sur la race, le sexe, les moeurs sexuelles, la langue, la religion, les opinions politiques et l'origine nationale ou sociale.

La parution de la caricature est une faute très sérieuse. 

L'exécutif du Front tient à préciser que ces caricatures furent un manque de tact et d'objectivité et ne respecte pas notre code de déontologie. 

La vice-présidente du journal Le Front

Notre équipe désire souligner qu'il y a eu un changement très récent au sein de l'exécutif. Le contenu des caricatures a échappé aux yeux de la personne responsable. Pour vous expliquer le processus de publication des articles, c'est le rédacteur en chef qui autorise la publication des articles. L'exécutif du journal n'a pas le droit de regard tant et aussi longtemps que tout est en règle.

Malheureusement, le personnel administratif s'en est rendu compte en même temps que les lecteurs.

Ce qui ne justifie pas pourquoi cette caricature à été publié, mais qui vous renseigne sur notre façon de procéder.


Nous nous excusons pour le manque de tact des personnes responsables. En tant que personnel administratif du journal Le Front, nous allons réviser le code de déontologie et les règlements de notre journal avec les personnes responsables et avec toute l'équipe des journalistes apprentis du journal étudiant.

De plus, dans cette page-ci, du blogue, nous allons publier sous peu des excuses personnelles de la part du rédacteur en chef et du caricaturiste en question. Dans la prochaine parution du Front, soit le mercredi 15 octobre.

Du côté du personnel administratif, nous allons gérer les plaintes, offrir un atelier de sensibilisation avec toute l'équipe des journalistes apprentis du journal étudiant le Front, en ayant la participation obligatoire des personnes concernées. Nous allons également envoyer un lien à cette page-ci à toute la population étudiante et le corps professoral de l'Université de Moncton.

En raison de cet événement, nous allons être beaucoup plus vigilants. Il est fondamental que tous soient respectés et jamais, une caricature sexiste, discriminatoire ou autre n'a pas sa place dans notre journal étudiant.

Notre équipe tient à rappeler que les Médias acadiens universitaires inc. (M.A.U.I.) est une entité non reliée à la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM). Elle n'a ainsi aucun droit de regard sur nos journaux avant la publication. Il s'agit du même principe pour l'exécutif des M.A.U.I. 

La vice-présidente du journal Le Front,
La présidente des M.A.U.I.

2 commentaires:

Simon a dit...

C'est au Rédacteur en chef a s'excuser. Point final.

Anonyme a dit...

La pointe de l'iceberg?

http://www.ojosparalapaz.org/2014/10/canada-violence-feministe.html